L’épreuve de français du concours ESA

Bordeaux : 05 33 05 25 42

Lyon : 04 37 23 07 87

Paris : 09 52 08 64 69

Toulouse : 05 61 22 66 07

Bordeaux – Lyon – Paris – Toulouse

Prépa ESA

DEMANDEZ NOTRE

DOCUMENTATION

GRATUITE

À NOTER : Toutes nos préparations, de la plus longue à la plus courte, sont accessibles 100% par visioconférence.

Le français

L’ESA a pris pour habitude de proposer un résumé de texte en lui associant une discussion. Dans la mesure où la contraction du texte reste un exercice nouveau pour les lycéens, nous analysons plus particulièrement cet aspect de l’épreuve. En effet, depuis plusieurs années, le candidat est appelé à résumer un texte dans un temps très court (toute l’épreuve tient en 1 heure 30 !). Attention, les textes sont parfois longs et expriment souvent des idées complexes qu’il faut contracter en peu de mots : de 100 à 150 mots maximum avec une marge de 5% à 10%. Ce qui est évalué dans cet exercice, c’est autant la rapidité que l’esprit de synthèse, autant la capacité de reformulation que l’aisance de style. Il s’agit de restituer, de façon condensée mais fidèle, un texte en un nombre limité de mots ou de lignes. Le candidat doit reformuler dans le même ordre les idées essentielles de l’auteur sans changer le système énonciatif ou faire de commentaires personnels. Il convient avant tout de bien lire le texte pour en comprendre le sens et en cerner l’organisation logique. Cette étape, trop souvent bâclée par les candidats angoissés par le temps, reste essentielle pour que le résumé ne soit pas une succession hachée d’idées mises bout-à-bout, mais un nouveau texte logiquement articulé et homogène.

Annales Français ESA 1

Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant-coureur de la fin ?

Annales Français ESA 2

Vous discuterez la formule de Marie Curie : « Je suis de ceux qui pensent que la science a une grande beauté. Je ne crois pas que dans notre monde l’esprit d’aventure risque de disparaître. ».

Annales Français ESA 3

Jean Rostand déclare en parlant de la science : « Si elle porte nos plus grands espoirs, elle justifie aussi nos plus fortes craintes. »
Comment, à la lumière de cette réflexion, peut-on lier chez l’homme science et conscience, autrement dit connaissance et responsabilité ?
Vous répondrez à cette question en un développement organisé, en vous appuyant sm vos connaissances littéraires, historiques, philosophiques et personnelles.

L'épreuve de français au concours ESA